LES ROIS DE FRANCE
Chronologie, monarchie, dynasties



Accueil

La Monarchie Française

Les Rêgles Succession
Le Sacre
La Religion
Les Symboles
La cour

Les Dynasties

Merovingiens
Carolingiens Robertiens
Capétiens
Valois
Bourbons
Orléans

Divers

Glossaire


 
La dynastie des Bourbons

Introduction

Henri IV

Louis XIII

Louis XIV

Louis XV

Louis XVI

Louis XVIII

Charles X

La dynastie des Bourbons

Henri IV (1553-1610) dit le vert galant

Roi de France de 1589 à 1610

Epouse : Marguerite de Valois (la reine Margot) et Marie de Médicis

Fils d'Antoine de Bourbon et de Jeanne d'Albret, Henri est né à Pau, son éducation est celle d'un jeune noble du Béarn, loin des raffinements de la cour.

Fortement marqué par le calvinisme de sa mère, il devient à 16 ans l'un des chefs du parti protestant : sa vie et ponctuée de phases de combat contre les catholiques et de trèves.

En 1572, il épouse Marguerite de Valois, soeur du roi, afin de sceller la réconciliation des catholiques et des protestants. Mais la Saint-Barthélémy, au cours de laquelle Henri est forcé d'abjurer sa fis, change la donne : il est placé sous surveillance à la cour du roi, puis s'échappe en 1576 pour rejoindre la tête des armées protestantes.

En 1584, coup de théatre : Henri de Navarre devient l'héritier de la couronne à la mort du duc d'Anjou, dernier fils d'Henri II. Pendant la guerre des trois henri, il combat les armées royales avant de s'allier à Henri III. Le roi et son successeur entament le siège de Paris, aux mains de la Ligue catholique, lorsque le roi est assassiné.

C'est donc désormais Henri IV qui règne sur un pays qu'il lui reste pourtant à conquérir. Le siège de Paris échoue, à cause du soutien des Espagnols aux ligueurs. Mais peu à peu la Ligue se divise : beaucoup refusent de combattre pour servir les intérêts de Philippe II d'Espagne, qui aimerait voir sa fille Isabelle devenir souveraine de France. En outre, la France est lasse des divisions. Et surtout Henri à ce trait de génie : le 25 juillet 1593, à Saint-Denis, il renonce au calvinisme et rejoint la foi catholique. C'est alors qu'il aurait déclaré : Paris vaut bien une messe...

Le 27 février 1594, ne pouvant atteindre Reims, le roi est sacré à Chartres. Le 22 mars, Henri IV fait son entrée à Paris : il doit désormais mater les derniers ligueurs, et surtout mettre fin à la présence espagnole en France. La victoire de Fontaine-Française en 1595 marque le début d'une difficile reconquête, achevée par le trait de Vervins en 1598.

Le 13 avril 1598, Henri IV rétablit la paix religieuse en proclamant l'édit de Nantes qui reconnaît la religion catholique comme religion d'état, et accorde aux protestants des privilèges : une centaine de places de sûreté, où ils peuvent se réfugier, des lieux de culte et l'égalité civile. Trente années de guerre civile s'achèvet enfin.

Désormais assuré de son pouvoir, Henri IV a la charge de remettre sur pied une France meurtrie. Hormis une courte guerre contre la Savoie en 1610, qui rapporte au royaume le Bugey, la Bresse et le pays de Gex, Henri IV ne mène pas une politique extèrieure agresssive. Il cherche en particulier sur le conseil du roi, divisé en sections dont les principales sont le conseil des affaires et le conseil privé.

Il contrôle également les officiers locaux en envoyant de Paris des maîtres des requêtes : c'est le principe de l'absolutisme royal qui l'emporte. En 1602, 1604 et 1606, trois complots pilotés par l'Espagne sont déjoués et leurs auteurs sévèrement punis.

Mais le projet de reconstruction touche surtout l'économie. Sully, à la tête des finances, est le plus fidèle serviteur du roi. Il redresse les finances en combattant les détournements de fonds, rétablit plus équitablement l'impôt et impose une gestion du budget à long terme en dressant un état prévisionnel des dépenses et des recettes.



   Contact Actuellement 3 vis. sur le site