LES ROIS DE FRANCE
Chronologie, monarchie, dynasties



Accueil

La Monarchie Française

Les Rêgles Succession
Le Sacre
La Religion
Les Symboles
La cour

Les Dynasties

Merovingiens
Carolingiens Robertiens
Capétiens
Valois
Bourbons
Orléans

Divers

Glossaire


 
La dynastie des Bourbons

Introduction

Henri IV

Louis XIII

Louis XIV

Louis XV

Louis XVI

Louis XVIII

Charles X

La dynastie des Bourbons

Louis XV (1710-1774) dit bien-aimé

Roi de France de 1715 à 1774

Epouse : Marie Leszczynska

Le petit Louis, âgé de 5 ans, succède à son arrière-grand-père Louis XIV en 1715. Fils du duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, il n'exerce pas le pouvoir qui est confié au régent Philippe d'Orléans.

La régence est marquée par une réaction contre les pratiques de la fin du règne précédent : la liberté de moeurs est de retour à la cour, et les parlements sont rétablis dans leur droit de remontrance, qui avait été supprimé par Louis XIV.

Sur le plan extèrieur, le régent combat Philippe V d'Espagne et le force à renoncer à l'héritage de Louis XIV en 1721. En 1723, le régent meurt, mais Louis XV, déclaré majeur, laisse le gouvernement au duc de Bourbon. Ce dernier le marie à Marie Leszczynska, fille d'un roi de Pologne détrôné, avant de laisser la place en 1726 à l'abbé de Fleury, ancien précepteur du roi.

Jusqu'à sa mort en 1743, l'abbé mène une politique efficace et prudente, faisant des économies, mais il doit affronter l'agitation des parlementaires et des jansénistes, qui s'allient contre l'autorité royale, menaçant d'immobiliser le gouvernement.

La politique pacifique de Fleury n'empêche pas la France de participer à la guerre de succession de Pologne, dans laquelle Louis XV défend en vain les droits de son beau-père, qui obtient cependant la Lorraine en comprensation. A sa mort en 1766, cette province revient à Louis XV.

En 1743, le roi décide de gouverner lui-même. Il est alors engagé dans la guerre de succession d'Autriche (1741-1748) qui n'apporte rien à la France, malgré la belle victoire de Fontenoy.

Louis XV révèle un caractère parfois autoritaire mais laisse le plus souvent ses ministres aux commandes, tout en étant lui-même influencé par les divers clans de la cour et surtout par ses maîtresses. Madame de Pompadour est la plus influente : elle le fournit même en jeunes filles et use de son influence pour protéger les philosophes des lumières.

Cependant, Louis, qui avait attiré la compassion du peuple en 1744 alors qu'il était malade (il avait alors été appelé le bien aimé), devient de moins en moins populaire.

Alors que les idées portées par les philosophes se répandent, critiquant le principe d'autorité divine sur lequel repose la monarchie, le roi cherche en vain à censurer ces écrits. Surtout, les finances sont au plus bas et les ministres ne parviennent pas à faire accepter un nouvel impôt, le vingtième.

En outre, la monarchie est entraînée dans un conflit désastreux : la guerre de Sept ans (1756-1763) se solde par la perte de l'essentiel des colonies, notamment le Québec, au profit de l'Angleterre.

En 1771, l'opposition des parlements, sans cesse plus virulente, est matée par une réforme judiciaire retirant l'autonomie aux parlementaires, qui apparaissent en victimes. Le prestige de la monarchie se dégrade, comme le montre l'affaire Damien : en 1757, Damien tente d'assassiner le roi.

Condamné à l'écartèlement, son supplice est considéré comme un acte de barbarie. Le peuple reproche en outre au roi ses multiples maîtresses et son dédain pour la religion. Quand Louis XV meurt de la vérole en 1774, il n'est plus du tout le ri bien-aimé qu'il a été.



   Contact Actuellement 4 vis. sur le site