LES ROIS DE FRANCE
Chronologie, monarchie, dynasties



Accueil

La Monarchie Française

Les Rêgles Succession
Le Sacre
La Religion
Les Symboles
La cour

Les Dynasties

Merovingiens
Carolingiens Robertiens
Capétiens
Valois
Bourbons
Orléans

Divers

Glossaire


 
La dynastie des Capétiens

Introduction

Hugues Capet

Robert II

Henri I

Philippe I

Louis VI le Gros

Louis VII le jeune

Philippe II Auguste

Louis VIII le lion

Louis IX

Philippe III

Philippe IV

Louis X

Jean I

Philippe V

Charles IV

La dynastie des Capétiens

Philippe IV Le bel (1268-1314)

Roi de France de 1285 à 1314

Epouse : Jeanne de Navarre

En se mariant à Jeanne de Navarre, Philippe est devenu maître de la champagne et du royaume de Navarre. Son règne voit un renforcement sensible de l'autorité monarchique.

Philippe IV s'appuie beaucoup sur d'excellents juristes qui sont souvent d'origine assez modeste : Guillaume de Nogaret et Enguerrand de Marigny ont été ses plus fidèles agents, et le roi n'a pas hésité à les soutenir contre les grands seigneurs, au point qu'on l'a accusé de leur abandonner le pouvoir.

Le palais de la cité, à Paris, est reconstruit et abrite des institutions désormais bien structurées, comme la chambre des comptes, chargée de vérifier la comptabilité des officiers. Enfin, Philippe IV le bel retire aux templiers la garde du trésor : ce dernier est désormais entre les mains des trésoriers nommés par le roi.

L'ordre n'a alors plus de fonction depuis la chute des dernières villes chrétiennes en Terre sainte, puisque sa mission était de les défendre. Il est démantelé et dissous, et ses dirigeants, que l'on soupçonne d'hérésie et de pratique homosexuelles, sont envoyés en prison ou brûlés. Face aux nouveaux besoins créés par la machine administrative, le roi tente de lever plusieurs impôts, mais sans grand succès, et trafique les monnaies pour s'enrichir.

Philippe IV se veut aussi l'héritier de Saint Louis, dont il s'inspire et qu'il fait canoniser par le pape. Cette exigence le conduit à manifester un profond respect pour son épouse, mais aussi à faire torturer et exécuter les amants supposés de ses belles-filles, dans l'affaire des Brus du roi en 1314.

Sans mener lui-même les combats, Philippe IV parvient à assurer par la guerre son autorité sur le royaume : contre le roi d'Angleterre, également duc d'Aquitaine, dontle duché est envahi puis restitué lors du traité de Paris en 1303 ; contre le comte de Flandre, allié aux Anglais : La Flandre est occupée en 1297, mais les hommes du roi sont massacrés lors de la révolte des Mâtines de Bruges en 1302.

Malgré la défaite royale contre les Flamands lors de la bataille des éperons d'or à Courtrai, le roi parvient à rétablir la situation, annexe le Sud-Ouest de la Flandre, sans jamais ramener vraiment la paix.

Un conflit plus grave oppose Philippe IV au pape Boniface VIII : Le roi entend exercer son pouvoir sur tous à travers le royaume, y compris sur l'église. Le pape affirme que le pouvoir royal doit être soumis à la papauté, chaque camp s'appuyant sur une véritable propagande littéraire.

Mais quelques jours après l'envoi de diplomates français auprès de Boniface VIII en 1303, le pape meurt, peut-être choqué par une intervention brutale des envoyés du roi. Le conflit est réglé. Dès 1305, les papes se fixent en Avignon et se rapprochent des rois de France.



   Contact Actuellement 2 vis. sur le site