LES ROIS DE FRANCE
Chronologie, monarchie, dynasties



Accueil

La Monarchie Française

Les Rêgles Succession
Le Sacre
La Religion
Les Symboles
La cour

Les Dynasties

Merovingiens
Carolingiens Robertiens
Capétiens
Valois
Bourbons
Orléans

Divers

Glossaire


 
La dynastie des Valois

Introduction

Philippe VI

Jean II

Charles V

Charles VI

Charles VII

Louis XI

Charles VIII

Louis XII

François Ier

Henri II

François II

Charles IX

Henri III

La dynastie des Valois

Jean II le bon (1319-1364)

Roi de France de 1350 à 1364

Fils aîné de Philippe VI et de Catherine de Courtenay, Jean II est le seconde Valois à régner à la mort de son père. Roi chevalier, réputé pour sa bravoure, il fonde un ordre de chevalerie, l'ordre de l'étoile. Son règne est cependant marqué par un nouvel affaiblissement de la couronne.

Jean II se met vite à dos une partie des grands seigneurs : en 1350, il fait exécuter le connétable Raoul de Brienne pour pouvoir le remplacer pour un homme plus soumis, Charles d'Espagne. Les mécontents se rassemblent autour de Charles de Navarre, gendre du roi, qui peut prétendre au trône par sa mère Jeanne, la fille de Louis X.

La guerre éclate en 1354, lorsque Charles de Navarre fait assassiner Charles d'Espagne. Tantôt en paix avec le roi, tantôt allié aux Anglais, Charles de Navarre constitue un grave problème pour la Couronne jusque sous Charles V.

Par ailleurs, la guerre se poursuit avec les Anglais. L'armée française est à nouveau écrasée lors de la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. La charge des chevaliers français est brisée par le tir des archers anglais. Le roi, qui a refusé de reculer pour respecter les statuts de l'ordre de l'étoile, est fait prisonnier. Il sera désormais surnommé Jean le bon, ce qui veut dire le brave.

Le roi est loin de Paris, centre du pouvoir laissé à son fils, le dauphin Charles, qui fait face à une forte opposition. A londres, Jean II négocie un traité de paix avec le roi d'Angleterre. Un premier traité, trop généreux pour les Anglais, est rejeté en 1359 par le Dauphin. Mais en 1360 Jean II lui impose d'accepter un nouvel accord : le traité de Brétigny, qui prévoit la rançon colossale de 3 millions d'écus d'or et cède un tiers du royaume aux Anglais. Le roi est libéré, laissant un frère et deux fils comme otages.

En France, Jean II, hérite en 1361 du duché de Bourgogne qu'il donne en apanage à son fils Philippe : ce dernier l'avait accompagné à Poitiers puis en Angleterre. Le roi doit en outre faire face aux compagnies, soldats démobilisés par la paix et qui ravagent le royaume.

En janvier 1364, afin de négocier le sort des otages restés en Angleterre, Jean II se rend à Londres. il y meurt le 8 avril 1364.



   Contact Actuellement 4 vis. sur le site