LES ROIS DE FRANCE
Chronologie, monarchie, dynasties



Accueil

La Monarchie Française

Les Rêgles Succession
Le Sacre
La Religion
Les Symboles
La cour

Les Dynasties

Merovingiens
Carolingiens Robertiens
Capétiens
Valois
Bourbons
Orléans

Divers

Glossaire


 
La dynastie des Valois

Introduction

Philippe VI

Jean II

Charles V

Charles VI

Charles VII

Louis XI

Charles VIII

Louis XII

François Ier

Henri II

François II

Charles IX

Henri III

La dynastie des Valois

Henri III (1551-1589)

Roi de France de 1574 à 1589

Epouse : Louise de Vaudrémont-Lorraine

Henri III est le troisième fils d'Henri II et de Catherine de Médicis appelé à rêgner. D'abord duc d'Anjou puis d'Orléans, il avait été élu roi de Pologne en 1573 grâce à l'influence de sa mère. Mais il doit quitter ce trône pour celui de France à la mort de son père.

Malgré son intelligence, Henri III fut un roi discrédité. Resté sous l'influence de sa mère, il est également critiqué pour son homosexualité et pour la place trop grande qu'il accorde à ses favoris, les mignons, comme Epernon ou Joyeuse. Amateur de luxe et de fêtes, il fait de la cour un milieu brillant.

Au lendemain de la Saint-Barthélémy, Henri III adopte une politique de persécution avant de signer avec les protestants la paix de Monsieur, en 1576. C'est alors que se forme un parti ultra catholique appelant à poursuivre la lutte : la ligue dirigée par Henri de Guise.

La ligue poursuit la guerre et impose le traité de Nérac, bien moins favorable aux protestants. Le conflit dégénère en 1584, à la mort du dernier fils d'Henri II, le duc d'Alençon. Henri III n'ayant pas de fils, la couronne doit désormais passer à Henri de Navarre, prince protestant.

Eclate alors la guerre des trois Henri : les royalistes soutiennent Henri III, les ultra catholiques et la ligue défendent Henri de Guise, et les protestants se rangent aux côtés d'Henri de Navarre. La ligue semble l'emporter et chasse le roi de Paris lors de la journée des Barricades en 1588. Mais Henri III fait assassiner Henri de Guise.

La ligue est encore affaiblie par l'alliance d'Henri III avec Henri de Navarre, qui est reconnu comme légitime héritier : les deux Henri survivants préparent alors le siège de Paris quand le moine Jacques Clément, défenseur de la ligue, assassine Henri III.



   Contact Actuellement 2 vis. sur le site